” La musique a existé le jour où l’homme est né “, Susuji BEHANZIN

Susuji BEHANZIN est un grand écrivain conteur qui vit dans le sud du Bénin. Il nous reçoit chez lui, dans la ville de Bohicon, mais il est très étroitement lié à la capitale historique et royale d’Abomey. En réalité, c’est un vrai prince qui répond aux globe-reporters Jules et Alexandre du collège Paul Verlaine à Paris.

 CULTURE ET FRANCOPHONIE

Nous sommes à Bohicon, à quelques kilomètres d’Abomey, la capitale du royaume du Dahomey (dit aussi Danxomé) où ont été écrites de nombreuses pages de l’histoire du pays que nous connaissons aujourd’hui sous le nom de Bénin. En arrivant à Abomey par la route de Bohicon, à l’entrée de la ville, sur la place de Goho, une statue imposante se dresse : celle du roi BEHANZIM. Sa main gauche fait signe aux colonisateurs français de stopper devant les portes de la cité royale. Ce roi incarne la résistance face à la colonisation française. 

Le royaume du Dahomey, dont la ville d’Abomey fut la capitale, administra cette région de 1645 à 1898. Une dizaine de rois se sont succédés sur le trône. Ils ont régné selon une hiérarchie stricte et sous les lois dictées par la croyance et la culture vaudou. Chacun a son propre palais dans l’enceinte de la cité royale. À l’époque, la cité était entourée d’un fossé de dix kilomètres de long et de six mètres de large. Au fond de la fosse, des plantes vénéneuses et des animaux sauvages servaient de système de défense.

Le roi BEHANZIM fut l’avant-dernier roi d’Abomey, mais le dernier à avoir les pleins pouvoirs, puisque son successeur régna sous la tutelle des colonisateurs français. Il a dû prendre la difficile décision de se rendre à l’armée française et de négocier pour sauver son peuple et la capitale d’un bain de sang. Il a été déporté par les colonisateurs et est mort, loin de son royaume, en Algérie. Son corps n’a été rapatrié sur sa terre natale que dans les années 1990. Les Béninois le considèrent comme un héros de la lutte contre la colonisation française.

À Bohicon, nous rencontrons Susuji BEHANZIN, descendant direct de ce roi-héros. Il nous attend car il a été prévenu par Théo ATROKPO, le guide qui accompagne notre envoyée spéciale dans le sud du Bénin. Théo lui a parlé de Globe Reporters et il a accepté de nous répondre. Les deux hommes ont étudié ensemble. Ils se connaissent des années. C’est grâce à leur amitié que nous avons le privilège d’interviewé ce fin connaisseur des traditions béninoises au sang royal.

Susuji BEHANZIN reçoit notre envoyée spéciale sur la terrasse, assis sur un trône de prince et de chef de famille. Ce conteur connaît bien sa culture et se dit disposé à parler de musique. Mais attention, cet artiste, comme tous les artistes, a des idées très précises qui peuvent surprendre. ” La musique est partout et en tout ici “, dit-il. ” Elle commence avec les pleurs du bébé à la naissance. C’est déjà une mélodie ; la voix est de la musique, le mouvement est de la musique et tout ce que nous faisons, pensons, disons… tout est musique “, affirme-t-il.

Notre interlocuteur présente les instruments de musique propres au Bénin. Rien à voir avec les instruments occidentaux qui coûtent chers. Au Bénin, les instruments de la musique traditionnelle qui ” définit l’identité nationale ” sont très accessible.

Et comme raconter des histoires est son travail, impossible de ne pas lui demander de partager un conte.

Merci de vous présenter.

Quelle est l’importance de la musique au Bénin ?

Quelle est l’importance de la musique au Bénin ?

Quel est le style de musique principalement écouté au Bénin aujourd’hui ?

Y a-t-il des instruments spécifiques au Bénin ?

Quel est le style de musique principalement écouté au Bénin aujourd’hui ?

Qui sont les chanteurs qui y sont les plus populaires ?

La vie des musiciens ou chanteurs est-elle facile ?

Peut-on vivre de la musique au Bénin ?

La musique est-elle importante dans le culte du vaudou ?

Quelles musiques écoutent principalement les jeunes du Bénin ?

Où les jeunes apprennent la musique au Bénin ? À l’école ?

Est-ce que tout le monde a les moyens de s’acheter des instruments de musique ?

Questions Bonus : voulez-vous ajouter quelque chose ?

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

Related Posts
Read More

KODA Adooso

KODA fell in love with musical instruments at a tender age. So, his mother enrolled him in a…
Total
0
Share